Le spatial est trop cher. L'argent pourrait être mieux investi.

Le spatial intervient dans de nombreuses tâches qui incombent à l'Etat. Parmi elles: la science, la recherche environnementale, l'établissement de prévisions météorologiques, la prévention des catastrophes et la sécurité. Chaque année, la Suisse participe à hauteur de 160 millions de francs au budget de l'Agence spatiale européenne ESA. Cela correspond à un peu moins de 20 francs par habitant. Cette participation nous permet de prendre part aux décisions concernant les projets de coopération européenne. Les retours sur investissements sont multiples: la population suisse bénéficie des applications spatiales telles que celles qui interviennent dans la recherche environnementale et climatique, la prévention des catastrophes, la sécurité, la navigation, les télécommunications ou encore les prévisions météorologiques. Elle permet aux scientifiques d'accéder aux programmes de soutien internationaux et à notre industrie de se voir confier des mandats importants. En outre, grâce aux transferts de technologies, notre société bénéficie des technologies spatiales également dans d'autres domaines.